05 octobre 2018
Faire des 9 et 18 octobre de vraies fêtes populaires

vendredi 5 octobre 2018

Les cultures monothéistes nées au Moyen Orient se réfèrent à Moïse et aux 10 commandements : tu ne tueras point, tu ne commettras pas d’adultère, tu ne voleras point, etc. Sur ces bases, eurent lieu de nombreuses croisades et autres guerres saintes bien massacrantes, accompagnées de beaucoup de viols et de pillages. Mais après tout, les différents dieux sont censés reconnaître les leurs.

Le capitalisme naissant avait besoin d’une autre idéologie : en même temps que la bourgeoisie se voulait nouvelle classe dominante, les philosophes remplacèrent le Droit Divin par le droit naturel. À quoi pouvait bien servir ce droit naturel ? C’est la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui le dit : la propriété est un droit naturel et imprescriptible, inviolable et sacré. Et comme si cela ne suffisait pas, la loi Le Chapelier de juin 1791 ajoute au droit naturel l’interdiction de toute association ou action ayant pour but de défendre des « intérêts prétendus communs », la bourgeoisie préférant n’avoir en face d’elle que des individus faibles parce qu’isolés et soumis au lien de subordination.

En réalité la nature telle qu’on nous la présente serait plutôt celle de prédateurs, de proies et de charognards vivant principalement en meutes, en groupes ou en troupeaux … et sans propriété. Au contraire, prédateurs, proies et charognards ont inventé l’action de groupe et des stratégies collectives préservant leurs intérêts communs.

Macron est un libéral qui met en œuvre la politique la plus violente à l’encontre de la grande majorité de la société française composée à 90 % de personnes dont le pouvoir d’achat vient des salaires directs et du salaire socialisé que sont les cotisations sociales. Jeunes et retraités, salariés, précaires et chômeurs ont besoin de salaires et de cotisations pour vivre. En diminuant le pouvoir d’achats des salaires et des cotisations sociales, Macron augmente la part des profits dans le PIB.

Contre les 500 familles et les charognards, le moment est venu de se lever et de dire NON. Donnons-nous rendez-vous le 9 octobre avec tout le monde et le 18 octobre avec toutes les personnes retraitées. Ça urge !

Michel Perraud (ingénieur retraité ; militant CGT)


© La Marseillaise – 2018.